Donald Trump s’en prend à Facebook pour avoir prolongé sa suspension
Postée le 06-05-2021 / 98 Vues

L’ancien président américain Donald Trump a fustigé la décision de Facebook de prolonger sa suspension du réseau alors qu’ils prévoient de réexaminer son cas pendant encore six mois afin de déterminer une peine bien définie.

« Ce que Facebook, Twitter et Google ont fait est une honte absolue », a-t-il écrit dans un communiqué. « On a retiré la liberté d’expression au président des Etats-Unis parce que des fous de la gauche radicale ont peur de la vérité mais la vérité sortira de toute façon, plus grande et plus forte que jamais », a ajouté M. Trump, en référence à ses accusations, sans fondement, selon lesquelles des fraudes électorales ont entaché la présidentielle américaine de novembre 2020.

Rappelons que le géant des médias sociaux avait annoncé en janvier que Trump avait été suspendu indéfiniment de ses comptes Facebook et Instagram à la suite de la prise d’assaut meurtrière du Capitole américain le 6 janvier par ses partisans.

Mercredi, le comité de surveillance de Facebook a temporairement maintenu la suspension des comptes de Donald Trump pendant encore six mois jusqu’à la décision finale.

Dans les six mois, « Facebook doit réexaminer la sanction arbitraire qu’il a infligée le 7 janvier et décider de la sanction appropriée », a déclaré mercredi le conseil d’administration. « Cette sanction doit être basée sur la gravité de la violation et la perspective d’un préjudice futur. Elle doit également être cohérente avec les règles de Facebook pour les violations graves, qui doivent, à leur tour, être claires, nécessaires et proportionnées. »

« Il n’est pas permis à Facebook de garder un utilisateur hors de la plate-forme pendant une période indéfinie, sans aucun critère pour savoir quand ou si le compte sera restauré », a déclaré le conseil.

Le conseil a affirmé que Facebook avait donné au compte de Trump « une sanction vague et sans norme » et avait ensuite tenté « d’éviter ses responsabilités » en envoyant le « cas au conseil pour qu’il le résolve ».

« Si Facebook décide de restaurer les comptes de M. Trump, la société devrait appliquer ses règles à cette décision, y compris toute modification apportée en réponse aux recommandations politiques du Conseil », indique la décision du Conseil.  

« Dans ce scénario, Facebook doit traiter toute autre violation rapidement et conformément à ses politiques de contenu établies. »

 Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales et des communications de Facebook, a déclaré que Facebook examinerait la décision du conseil et « déterminerait une action claire et proportionnée ».

 « En attendant, les comptes de M. Trump restent suspendus », a déclaré Clegg dans un communiqué.

 Trump a répondu à la décision du conseil d’administration en déclarant dans un communiqué: « Ce que Facebook, Twitter et Google ont fait est une honte totale et une honte pour notre pays ».

 «La liberté d’expression a été enlevée au président des États-Unis parce que les fous radicaux de gauche ont peur de la vérité, mais la vérité sortira de toute façon, plus grande et plus forte que jamais.

 «Les habitants de notre pays ne le supporteront pas! Ces sociétés de médias sociaux corrompues doivent payer un prix politique et ne doivent plus jamais être autorisées à détruire et décimer notre processus électoral.

Cela survient un jour après que Trump a lancé une plate-forme de communication, où il peut publier des messages qui peuvent être partagés par d’autres sur Twitter et Facebook, des sites où il reste interdit.

 La plate-forme «Du bureau de Donald J. Trump» apparaît sur www.DonaldJTrump.com/desk. La plate-forme permet à Trump de publier des commentaires, des images et des vidéos.

                                                                                                     Félicia ESSAN


Source : AFRIKMAG
Autres articles