Nouvelle-Zélande : un couple réussit à donner le nom Lucifer à leur fils
Postée le 24-07-2020 / 209 Vues

Un couple néo-zélandais de Chesterfield, dans le Derbyshire, a gagné la bataille pour appeler leur fils de quatre mois Lucifer après qu’un officier d’état civil a tenté de les empêcher de choisir ce prénom qui est souvent associé au diable.

Dan et son épouse Mandy Sheldon avaient déposé une plainte, condamnant la façon dont sa femme et lui ont été traités lorsqu’ils se sont rendus à l’état civil pour enregistrer le prénom de leur enfant.
 

« Nous étions vraiment excités à l’idée d’aller le faire enregistrer, mais l’agente administrative chargée d’enregistrer l’état civil nous a regardés avec un air de profond dégoût », raconte Dan Sheldon dans les colonnes du Sun.

« Elle nous a dit qu’il ne pourrait jamais trouver de travail et qu’aucun professeur ne l’accepterait jamais dans sa classe, poursuit le père du bébé de quatre mois. J’ai essayé de lui expliquer que nous ne sommes pas des gens religieux, et que Lucifer en grec signifie « porteur de lumière » et « matin », mais elle n’a pas voulu m’écouter. Elle nous a même dit qu’il était illégal de nommer un enfant comme cela en Nouvelle-Zélande et que nous pourrions peut-être le nommer autrement mais l’appeler Lucifer à la maison. Nous avons été stupéfaits par son attitude », affirme Dan.

Cependant, le couple a insisté pour appeler leur fils « Lucifer » et on leur a demandé de quitter la salle pour que l’agente vérifie si elle est autorisée à enregistrer ce prénom.

« Elle a fini par le faire, mais vraiment à contrecœur. Honnêtement, nous trouvions tout simplement que c’était un beau nom… un nom unique. Nous ne nous attendions pas à ce que cela pose autant de problèmes. »

Le conseil régional du Derbyshire a finalement présenté ses excuses à la famille du petit Lucifer. « Nous nous excusons s’ils ont été offensés, mais c’est le travail de nos officiers d’état civil de les conseiller sur ces questions, car parfois les gens ne sont pas conscients de certaines significations ou associations autour de certains noms. »

Le prénom Lucifer est ainsi formellement interdit en Nouvelle-Zélande.

 

                                                                                            Gaelle KAMDEM


Source : AFRIKMAG
Autres articles