Biaka (Aboisso) : La traversée du fleuve tourne au drame, un homme et une femme périssent dans la Bia
Postée le 13-05-2022 / 45 Vues

Deux allochtones de Biaka, village situé à 5 km d’Aboisso, ont péri, le mercredi 11 mai 2022, dans la Bia lors de la traversée de ce fleuve.

Un homme et une femme résidents à Biaka, village situé à 5 kilomètres d’Aboisso, sur la voie menant à Ayamé, ont péri, le mercredi 11 mai 2022, dans la Bia lors de la traversée de ce fleuve. Selon nos sources sur place, l’homme, un ressortissant ghanéen, connu sous le nom de ‘’Masta’’, et la femme, une Gourounsi du nom de Jacqueline Bado, étaient en partance pour le champ quand le drame s’est produit.

Ils avaient décidé de se rendre au champ situé de l’autre côté de la rive du fleuve Bia

En effet, Linfodrome a appris que très tôt, aux environs de 7 heures, les deux hommes d’un certain âge, avaient décidé de se rendre au champ situé de l’autre côté de la rive du fleuve Bia. Et comme la traversée se fait en pirogue, ‘’Masta’’ et Jacqueline Bado ont sauté dans une embarcation trouvée sur place.

Bien installés dans la pirogue, ils entreprennent de rejoindre la rive opposée par des coups de pagaie. Hélas ! Ils n’y arriveront jamais. En effet, selon nos sources, pendant la traversée, la pirogue chavire au milieu du fleuve. ‘’Masta’’ et Jacqueline Bado se retrouvent dans la Bia. Ils y perdent visiblement pied. L’alerte est donnée.

width=450

De bonnes volontés se mobilisent pour voler à leur secours. Mais de longues minutes durant, les recherches n’aboutissent à rien. Au fur et à mesure que le temps s’écoule, l’espoir de les retrouver vivants s’amenuise.

Finalement, ‘’Masta’’ est retrouvé une heure plus tard, mort noyé. Quant à Jacqueline Bado, son corps a été repêché 3 heures plus tard. Tout le village de Biaka est informé du drame.

L’information dépasse les frontières ivoiriennes et parvient aux parents de ‘’Masta’’, au Ghana voisin

Plus tard, l’information dépasse les frontières ivoiriennes et parvient aux parents de ‘’Masta’’, au Ghana voisin. Selon nos sources, ces derniers donnent l’autorisation aux autorités villageoises de Biaka de procéder à son inhumation le même jour. Ce qui fut fait.

Concernant Jacqueline Bado, les mêmes sources ont appris à Linfodrome que son corps a été conservé à la morgue d’Aboisso.

A Biaka où la désolation le dispute à la tristesse, la tragique disparition de Masta et Jacqueline Bado est actuellement au centre de toutes les conversations.

Adolphe ANGOUA

 

Source : LINFODROME
Autres articles