Les bons aliments peuvent-ils vraiment améliorer vos chances d'avoir un enfant ?
Postée le 24-05-2023 / 235 Vues

Une étude réalisée sur des couples ayant recours à la fécondation in vitro a montré que la consommation de viande par les hommes, et en particulier le type de viande qu'ils consomment, a une incidence sur les résultats.

Pour répondre à cette question, il convient d'analyser les principales raisons de l'infertilité. Aux États-Unis, après un an de rapports sexuels non protégés, 15 % des couples ne parviennent pas à avoir un enfant. Les causes potentielles sont multiples.

Du côté des femmes, les ovaires peuvent être incapables de produire des ovules sains, ou l'ovule peut ne pas pouvoir se déplacer des ovaires vers l'utérus - par exemple, en raison de l'obstruction des trompes de Fallope. Même si l'ovule réussit ce voyage, il peut ne pas se fixer sur la paroi de l'utérus ou ne pas survivre une fois qu'il s'y est fixé.

Du côté des hommes, la qualité des spermatozoïdes est cruciale pour la fertilité. Cela inclut leur capacité à se déplacer efficacement (motilité), leur forme et leur taille (morphologie) et leur nombre dans une quantité donnée de sperme (numération des spermatozoïdes).

Une série de facteurs peuvent menacer la qualité du sperme, notamment les problèmes environnementaux tels que la pollution (lire le reportage de BBC Future sur le déclin mondial de la qualité du sperme). Même après des tests, la cause de l'infertilité n'est pas toujours claire : environ 15 % des cas d'infertilité restent inexpliqués.

Bien qu'aucun aliment ou supplément ne puisse constituer une solution miracle à ces problèmes potentiels, les experts affirment que le régime alimentaire peut jouer un rôle bénéfique tout au long du processus d'essai de conception et au-delà.

De toute évidence, il est essentiel d'être bien nourri. Les conséquences de la malnutrition peuvent être dévastatrices pour la santé prénatale.

Les résultats les plus connus dans ce domaine proviennent sans doute d'une étude menée sur des bébés conçus pendant ce que l'on a appelé l'hiver de la faim néerlandais de 1944, une famine de huit mois qui s'est produite lorsque les nazis ont interrompu l'approvisionnement en nourriture des Pays-Bas à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les futures mères survivaient avec seulement 400 calories par jour, soit une fraction de l'apport nécessaire à une grossesse saine. Les bébés conçus à cette époque ont subi toute une panoplie de conséquences néfastes pour leur santé : ils étaient plus petits et plus minces que ceux nés avant ou après eux, et leur tête était plus petite. À l'âge adulte, ils présentaient des taux plus élevés d'obésité, de diabète et de schizophrénie, et avaient tendance à mourir plus jeunes.

Pour ceux qui ont une alimentation satisfaisante, il est toujours important d'obtenir le bon mélange de nutriments. Alors que les discussions sur les aliments bénéfiques se concentrent souvent sur la fertilité féminine, on constate une prise de conscience croissante de la manière dont l'alimentation peut également affecter la fertilité masculine.

Une étude réalisée en 2015 sur des couples ayant recours à la FIV a révélé que la consommation de viande par les hommes, et en particulier le type de viande qu'ils mangeaient, avait une incidence sur les résultats, mesurés par les taux de fécondation. Manger plus de volaille avait un impact positif sur les taux de fécondation, tandis que la consommation de viande transformée (comme le bacon et les saucisses) avait un impact négatif. LIRE PLUS SUR BBC

Source : BBC.COM
Autres articles