Yamoussoukro : elle simule un enlèvement pour escroquer son copain et est épinglée à Daloa par la Police
Postée le 30-05-2023 / 177 Vues

Pour extorquer de l’argent à son copain cadre des impôts, Mlle Y.G. n’a trouvé mieux que de simuler un enlèvement et exiger une rançon de 1,5 million de franc pour sa libération. Elle a été coincée par la police à Daloa.

La capitale politique de la Côte d'Ivoire, Yamoussoukro, a été le théâtre d'une affaire apparemment choquante d'enlèvement qui s'est finalement révélée être une manipulation orchestrée par une jeune femme désireuse de s'acheter un ordinateur. Mlle Y.G., la concubine d'un cadre des impôts, avait simulé son enlèvement et récl amé une rançon de 1,5 million de francs pour sa libération. Cependant, la police a rapidement découvert la supercherie et a mis fin à cette affaire à Daloa.

Son conjoint dépose une plainte à Yamoussoukro

Selon Police Secours qui livre cette information, l’affaire a commencé lorsque K.N.G.A., le cadre des impôts, a déposé une plainte à Yamoussoukro signalant l'enlèvement et la séquestration de sa concubine, Mlle Y.G. Selon le plaignant, des ravisseurs inconnus avaient exigé une rançon de 1 500 000 FCFA pour sa libération.

width=500

Pour rendre la situation plus crédible, les supposés ravisseurs avaient envoyé des photographies à K.N.G.A., montrant la jeune femme ligotée dans un lieu isolé. Les images avaient été ensuite publiées sur les réseaux sociaux, suscitant une vague de préoccupation et de mobilisation.

Les enquêteurs ont réussi à localiser Mlle Y.G. à Daloa, où elle vivait tranquillement sa vie

Cependant, grâce à la collaboration des services numériques de la police et des regroupements d'informations, les enquêteurs ont réussi à localiser Mlle Y.G. à Daloa, où elle vivait tranquillement sa vie. Une opération conjointe avec la Brigade de Recherches et d'Intervention (BRI) de Daloa a été mise en place pour contraindre Mlle Y.G. à se rendre à la police.

Le jeudi 23 mai 2023, Mlle Y.G. s'est présentée au commissariat accompagnée de son pasteur d'église. Lors de l'interrogatoire qui a suivi, elle a avoué avoir simulé son enlèvement dans le but d'extorquer de l'argent à son compagnon. Elle a expliqué désespérément avoir besoin de fonds pour acheter un ordinateur.

Mlle Y.G. devant la justice

Conformément aux directives du procureur, elle a été déférée devant la justice pour répondre de ses actes.

Cette affaire met en lumière la façon dont la manipulation des faits peut induire les autorités en erreur et mobiliser inutilement des ressources policières. Les forces de l'ordre sont toujours en alerte face à ce type de situations et rappellent l'importance de vérifier attentivement les informations avant de déclencher des actions officielles. Dans ce cas précis, la collaboration entre les services numériques de la police et les regroupements d'informations a été cruciale pour démasquer la supercherie et mettre fin à cette affaire.

Adolphe ANGOUA

Mots clés: #Yamoussoukro #Police
Source : LINFODROME
Autres articles